Règles douloureuses : des solutions !

Règles douloureuses : des solutions !

Pendant les jours qui précèdent les règles, l’endomètre (muqueuse de l’utérus) s’épaissit sous l’effet des hormones, préparant notre utérus à concevoir. Si l’ovule n’est pas fécondé, l’endomètre se nécrose à la fin du cycle menstruel. La nécrose et le détachement de l’endomètre sont accompagnés de saignements et sont à l’origine des règles.

Dans certaines circonstances, de grandes douleurs peuvent accompagner les règles. Certaines femmes peuvent également souffrir, au moment des règles, de diarrhée, de nausée, de vomissement, de céphalée, de fatigue et ou de crampes.

Lors du détachement de l’endomètre, devenu inutile, l’utérus se contracte, sous l’effet des prostaglandines. Ces mini-contractions sont là pour évacuer les membranes nécrosées. Ces contractions peuvent être parfois violentes et douloureuses. Elles peuvent également irradier dans le bas du dos et devenir réellement handicapantes.

Pourquoi tant de douleur ?

Un excès de prostaglandines peut provoquer des contractions et des spasmes de forte intensité. Dans ce cas, les vaisseaux sanguins du muscle utérin se retrouvent comprimés et privés d’oxygène. Cette hypoxie est à l’origine des douleurs.

Il existe d’autres causes possibles aux douleurs menstruelles. Généralement, si une femme n’a jamais eu de fortes douleurs et qu’elles apparaissent à l’âge adulte, il est possible qu’un autre phénomène en soit la cause : inflammation, infection, … début d’une endométriose… il est alors nécessaire de consulter.

Que faire pour soulager les douleurs de règles ?

Dans le cas le plus classique, plusieurs possibilités s’offrent à vous :

  • Une bouillotte chaude, posée sur le bas ventre, va provoquer la vasodilatation des vaisseaux sanguins et éviter les douleurs dues à l’hypoxie. Par ailleurs, la chaleur agira également sur les contractures musculaires du bas ventre en les soulageant.
  • Réduisez votre consommation de glucides la veille du premier jour des règles et durant celles-ci. En effet, la consommation de glucides amplifie les sécrétions d’insuline (hormone du pancréas), qui est aussi à l’origine de l’augmentation de la production de prostaglandines.
  • Limiter les facteurs inflammatoires durant les jours qui précèdent les règles : alcool, café, thé, manque de sommeil, sucre, sport intensif… Diminuer l’inflammation globale permettra au corps de mieux gérer l’inflammation locale.
  • Massez vous avec des huiles essentielles. Quelques gouttes de basilic sacré ou d’estragon, diluées dans un creux de main d’huile végétale, en massage dans le sens des aiguilles d’une montre. Les molécules contenues dans ces huiles essentielles sont anti-spasmodiques.
  • En interne, 2 gouttes de menthe poivrée, diluée dans une huile végétale, 3 fois dans la journée, peut également avoir un effet antispasmodique exceptionnel.
  • Certaines préparations en gemmothérapie sont plébiscitées pour les douleurs menstruelles : le framboisier, par exemple, ou le cassis semblent donner de très bons résultats.

Dans le cadre d’une autre approche, il arrive qu’une manipulation en ostéopathie puisse changer complètement la situation. En effet, dans certains cas l’utérus est « coincé » par les tensions musculaires et organiques des tissus environnants. Un ostéopathe spécialisé peut redonner de la place à l’utérus, limitant ainsi les problématiques liés à l’oedème inflammatoire. 

L’électrostimulation peut également améliorer grandement la situation. En inhibant le message électrique de la douleur dans les nerfs, l’électro-stimulation va atténuer la perception douloureuse. Lorsque les solutions naturelles ne sont pas utilisables ou ne fonctionnent pas, cette approche est intéressante : elle n’est pas médicamenteuse, évite donc d’ingérer des produits chimiques, et n’est pas invasive. Elle a également l’intérêt d’être efficace immédiatement.

Par ailleurs, pensez à donner à votre corps tous les outils pour qu’il puisse gérer lui-même l’inflammation et la bonne circulation sanguine : magnésium, zinc, vitamine D3, fruits et légumes frais et bio au quotidien, une bonne hydratation, un minimum d’exercice physique et un temps de repos et de sommeil suffisant. 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.