Kudzu la plante miracle anti-alcool, anti-tabac, anti-stress

Kudzu la plante miracle anti-alcool, anti-tabac, anti-stress

Le Kudzu, vous connaissez ? Vous en avez sans doute déjà entendu parler. Cette plante incroyable, à la fois magique et considérée comme nuisible, fascine ! Elle se révèle être un incroyable outil pour arrêter de fumer, de boire et pour retrouver le chemin du bien-être…

Le Kudzu, ça ressemble à quoi ?

Kudzu
Photographie reophax

Le Kudzu est une plante grimpante qui peut se suspendre jusqu’à 20 mètres dans les arbres, elle peut recouvrir le sol, les ruines, grillages et peut s’étendre sur plus de 300 mètres par an ! Attention, lorsqu’elle se développe elle s’accapare tout l’espace ! De la même famille que le haricot, elle développe des fleurs semblables à la glycine. Il existe trois variétés de Kudzu qui présentent chacune des fleurs et des fruits différents. Il s’agit d’une plante grim­pante s’accrochant et pous­sant partout.

Où pousse-t-elle ?

Elle vient d’Asie du Sud-Est : Chine, Cambodge, Philippines. Elle y était déjà utilisée au 3ème siècle avant J.-C. Elle ne se développe que dans un milieu chaud et humide et ne supporte pas le froid.

Après La Chine, elle a ensuite conquis le Japon où elle servait dans la confection (paniers, filets de pêche, textile avec ses fibres) puis en cuisine (gélifiant au même titre que l’agar-agar).

C’est dans les années 1920 qu’elle a été introduite aux États-Unis comme plante d’ornement et pour nourrir les animaux. Or, comme on l’a vu sa croissance est incroyable… à raison de 1,50m de progression par jour, elle a rapidement envahi de grandes régions du Sud. C’est ce qui lui a valu d’être classée dans les variétés nuisibles dans ce pays.

Pourquoi s’intéresser au Kudzu ?

Alors pourquoi s’intéresser à une plante grimpante et envahissante ? Que lui trouve-t-on de si passionnant ? Qu’a-t-elle de « magique » ?

On trouve dans ses racines des isoflavones antioxydants de la famille des flavonoïdes qui stimulent les opioïdes naturels du cerveau :

  • La daidzéine, reconnue comme agent anti-inflammatoire et antimicrobien, que l’on utilise contre le cancer
  • La génistéine, que l’on utilise contre la leucémie
  • La puérarine (dont le Kudzu est la seule source et dont il tire son nom latin) qui bloque les récepteurs beta-adrénergiques et en diminue les effets hypertenseurs de l’adrénaline.

On sait aussi que le Kudzu contient des saponosides qui préviennent les lésions cellulaires et aident le foie.

Depuis quand consomme-t-on cette plante ?

On l’utilisait en Asie en médecine traditionnelle : elle était préconisée pour les personnes souffrant de migraines, diarrhées, vomissements, contre l’hypertension, les acouphènes.

On s’est ensuite aperçu que le Kudzu était aussi utile en cas de :

  • Maladies cardiovasculaires, puisque la plante aide à la  diminution du mauvais cholestérol
  • Symptômes associés à l’hypertension tels que la fatigue, les vertiges

C’est à partir des années 1990 que son rôle sur les dépendances a été étudié :

Différentes études (une première étude sur des rats en 1991 en Chine, à l’Université de Shin-Yanget, et une autre sur des humains en 2005 aux États-Unis, à l’université de Harvard) ont montré que cette plante pouvait  aider les personnes dépendantes à se passer de toutes les « drogues » du quotidien : alcool, tabac, sucre, etc.

Le Kudzu agirait sur nos dépendances et offrirait une aide proche des antidépresseurs. On pourrait bénéficier de l’effet relaxant et antioxydant de la plante pour se sevrer du tabac, de l’alcool… Il diminuerait l’envie et le stress des utilisateurs.

En effet, les substances contenues dans le Kudzu prennent le relais des drogues en fabriquant à leur tour la dopamine si agréable et offrent à leur tour le sentiment de bien-être si recherché. La récompense ne vient plus de l’alcool ingéré ou de la cigarette fumée, mais bien du Kudzu ! La satisfaction sans l’addiction : mieux qu’un patch ou qu’une autre aide anti-nicotinique, une aide en douceur sans effets secondaires.

De façon générale l’on peut donc se servir du Kudzu pour lutter contre le stress, les problèmes de sommeil, de digestion ou de transit.

Comment la consommer ?

Le Kudzu s’utilise sous différentes formes : en comprimés, en gouttes, en racine directement, en bain de bouche ou en inhalation. Choisissez celle qui vous convient le mieux :

  • 60 gouttes dans un verre d’eau, 3 à 6 fois par jour
  • Entre 300 et 500 mg en comprimés 3 fois par jour (1 à 3 gélules)
  • 1 ml d’extrait dissout dans 100ml d’eau en bain de bouche
  • 3 à 10 g de fleurs dans de l’eau bouillante en inhalation

Bon à savoir : On peut utiliser le kudzu en association avec la valériane pour arrêter de fumer.

Des effets secondaires ? Des précautions à prendre ?

Le Kudzu est déconseillé en cas d’antécédent de cancer du sein ou de grossesse, et aux personnes pesant moins de 25 kg. C’est tout ! Pas d’autre contre-indication.

Cet article a 2 commentaires

  1. Bonjour
    J’ai du judaïsme en poudre, comment utiliser

  2. je voudrait arreter ma consomation d’alcool . car quand je suis seul chez moi je boit
    je suis une femme stressé,
    est se que je peu prendre du KUDZU et pendant combien de temps
    je voudrais qu’elque chose qui, quand je veut boire, sa me dégoute
    merci

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.